A l’occasion de BIM Tunisie 2.0 qui s’est tenu à Tunis cette semaine, Autodesk a présenté les tendances et les technologies innovantes qui transforment le secteur de l’architecture et de la construction. Plus de 100 professionnels de l’architecture et de la construction étaient présents pour assister aux interventions. Diverses présentations liées aux projets de construction numérique ont été organisées, étayées par le témoignage de l’entreprise tunisienne AMA Group quant à son déploiement de technologies pour repenser son modèle et transformer ses processus métier.

Désormais, grâce aux technologies et processus actuels tels que le BIM, le cloud, l’intelligence artificielle, la VR/AR/mixte, la robotique ou bien d’autres, les possibilités de mieux construire, plus vite et en utilisant moins de ressources sont infinies. Retour en détails sur les temps forts de l’événement.

Le rôle des technologies dans le BTP

D’ici 2050, soit d’ici 30 ans, la population mondiale devrait atteindre 10 milliards de personnes – soit 2 milliards de plus qu’aujourd’hui – dont la majorité vivra en Afrique. 75% de la population vivra dans les grandes villes et la classe moyenne est en constante augmentation.

La croissance de la population croissante s’accompagne d’une demande exponentielle pour tout ce qui nous entoure. Rien que dans les villes, il faudra construire près de 13 000 bâtiments par jour d’ici 2050 pour pouvoir loger 75% de cette population mondiale. Un secteur, celui du BTP, qui génère aujourd’hui un tiers des déchets mondiaux.

Face à cette croissance organique, à une pénurie croissante des ressources, il est plus que temps de repenser fondamentalement notre façon de concevoir et de fabriquer. En se concentrant sur la réduction des déchets et l’obtention de meilleurs résultats.

Lire aussi  Facebook : faiseur de politique ou espace public ?

Le BIM (Building Information Modeling) qui permet de concevoir de façon plus précise, joue un rôle dans la préservation de l’environnement. Ce processus lié à la maquette numérique, permet de gagner en efficacité, de travailler de manière collaborative et d’obtenir des gains significatifs tout au long du cycle de vie du bâtiment. En regroupant toutes les informations liés à un projet au sein d’une seule et même maquette numérique, il est plus simple de mieux planifier, de mettre en œuvre les processus mais également de gérer les coûts liés au chantier.

Les tendances qui bouleversent notre manière de concevoir et de fabriquer

En 35 ans, le secteur a basculé d’une ère de la documentation- c’est à dire « de la planche à dessin à l’ordinateur » – à une ère de l’optimisation avec les techniques de maquettes numériques et bascule de plus en plus vers une ère de la connexion où les données peuvent être partagées et exploitées par toutes les parties prenantes d’un chantier. De manière plus générale, les cinq tendances qui bouleversent la manière de concevoir aujourd’hui sont :

  • La capture de la réalité : elle permet de modéliser un projet dans son environnement afin de mieux coordonner les éléments de celui-ci les uns avec les autres.
  • La réalité virtuelle augmentée : elle permet en un clic d’avoir un rendu hautement qualitatif, de réaliser l’exécutable ou même d’effectuer des visites virtuelles. L’objectif est de la rendre la plus interactive possible en y intégrant notamment un simulateur de scénarii.
  • L’impression 3D : elle permet de construire plus rapidement en limitant les coûts. Cette technologie est déjà une réalité dans certains pays. Dubaï, par exemple, ambitionne que 30% de ses tours soient fabriquées en 3D d’ici 2030.
  • Les véhicules autonomes ou partiellement autonomes : l’enjeu de cette technologie est de la combiner avec des capacités d’apprentissage des véhicules (Machine Learning) afin que ceux-ci puissent apprendre de leur conduite de la même manière qu’un jeune conducteur apprendrait par l’expérience.
  • L’intelligence artificielle et la robotique : combinées, ces deux technologies vont permettre d’assembler des millions de pièces de manière continue et rapide.