• Ford investit R2.5 milliards (US$170 millions) dans la production locale de la toute nouvelle Ford Everest SUV sept places et l’expansion du nouveau pick-up Ranger
  • L’expansion créera près de 1200 nouveaux emplois en Afrique du Sud
  • La nouvelle gamme Everest va inclure les dérivés 2.2 et 3.2, la production va débuter à l’usine d’assemblage de Silverton à Prétoria, au cours du troisième trimestre de 2016
  • Ford exportera la toute nouvelle Everest vers les pays d’Afrique subsaharienne

Le géant américain de l’automobile Ford investit R2.5 milliards (US$170 millions) pour développer ses opérations en Afrique du Sud, à l’usine d’assemblage de Silverton à Prétoria, afin de produire la toute nouvelle Ford Everest et la nouvelle génération de pick-ups Ranger lancée sur les marchés à la fin de l’année dernière.

Cet investissement va créer près de 1200 nouveaux emplois chez Ford en Afrique du Sud et au sein du réseau de fournisseur sud africain. “Nos clients apprécient la capacité et l’utilité offerte par la toute nouvelle Ford Everest” déclare Jim Farley, vice-président exécutif de Ford et président de Ford Europe, Moyen-Orient et Afrique. “En fabriquant Everest en Afrique du Sud, elle sera encore plus facilement disponible, et dans une large gamme pour nos clients à travers toute l’Afrique subsaharienne.

“Les R2.5 milliards d’investissements réaffirment l’importance de ces marchés, comme faisant partie de notre stratégie de croissance à travers le Moyen-Orient et l’Afrique,” ajoute Farley. “Tout ceci renforce la position de l’Afrique du Sud comme une base stratégique d’exportation pour le constructeur automobile Ford.”

L’usine de Silverton s’inscrit au même titre qu’AutoAlliance Thaïlande à Rayong; l’usine Ford de Chennai en Inde (où Everest est vendue sous le nom d’Endeavor) et l’usine JMC Xiaolan de Nanchang en Chine, comme plate-forme de production de l’Everest. La production initiale d’Everest à Silverton devrait débuter au cours du troisième trimestre de 2016, et les premiers véhicules seront lancés sur les marchés au cours du quatrième trimestre. Les modèles fabriqués en Afrique seront vendus localement et exportés vers les marchés de l’Afrique subsaharienne.

Lire aussi  Ford annonce des changements au niveau du top management au Moyen-Orient et en Afrique

Une partie de cet investissement a été dirigé vers la production de la nouvelle génération de Ranger, qui est déjà fabriqué à pleine capacité à l’usine d’assemblage de Silverton – avec des ventes à l’échelle nationale et une demande d’exportation à son plus haut niveau.

L’usine d’assemblage de Silverton est pourvue de caractéristiques ultra-modernes d’automatisation, utilisant les processus de fabrication mondiaux de Ford, et sera équipée afin de fabriquer environ 10000 Everest par an. “Depuis son lancement en septembre dernier, la toute nouvelle Everest a eu un franc succès, avec une demande largement supérieure à l’offre,” affirme Jeff Nemeth, président et directeur général de la compagnie automobile Ford, pour la région de l’Afrique subsaharienne.

“Cet investissement crucial nous permettra d’accroitre les volumes et d’élargir la nouvelle génération d’Everest à huit dérivés avec un large éventail de prix. Ceci permettrait aux clients à travers l’Afrique subsaharienne de choisir entre deux moteurs puissants alliés à des transmissions à six vitesses automatiques ou manuelles pour des performances exceptionnelles.”

Actuellement, la toute nouvelle Everest est importée de Thaïlande, utilisant le moteur Duratorq TDCi localement fabriqué de 3.2 litres, 5-cylindres. Disponible aussi en Afrique du Sud en 3.2 automatique en deux niveaux de spécifications – XLT et le haut de gamme Limited. Avec le début de la production locale, le moteur diesel Duratorq TDCi 2.2 litres, 4-cylindres sera ajouté à la gamme, avec une plus grande variété de niveaux de spécifications.

Fabriqués à l’usine Ford des moteurs Struandale à Port Elizabeth, la dernière génération des moteurs diesel Duratorq TDCi – aussi utilisés pour la nouvelle Ranger – offre un maximum d’économie de fuel et des performances inégalées.

Lire aussi  Le service de navette communautaire de Ford débarque à New York

La toute nouvelle Ford Everest est un SUV robuste à sept places, à construction de type “châssis sur cadre”, un système intelligent de gestion du terrain à quatre roues motrices pour permettre une conduite aisée en toutes circonstances.

Récemment, l’Afrique est devenue une région d’une grande importance pour Ford, avec un potentiel de croissance et d’investissement considérable.

En 2008, Ford avait annoncé ses plans de construction de la Ranger dans son usine d’assemblage de Silverton, avec un invesstissement de R3.4 milliards. L’investissement a permis à Ford de transformer ses deux usines d’Afrique du Sud en des usines mondiales de production de la Ford Ranger et des moteurs Duratorq TDCi pour le marché local et l’exportation.

La Ford Ranger est exportée vers 148 pays en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe, alors que les moteurs et les composantes de machines sont livrés en  Argentine, Thaïlande, Amérique du Nord, l’Inde et la Chine.

En 2014, Ford a formé sa plus nouvelle unité d’activités au Moyen-Orient et en Afrique, constituée de 67 marchés pour soutenir la région, avec un accent particulier et une compréhension plus claire des conditions et des besoins des clients.

L’histoire de la croissance africaine s’est poursuivie en 2015, lorsque Ford a confirmé qu’elle va assembler la Ford Ranger au Nigeria, en utilisant des kits SKD (semi knock-down) et des composants importé de l’Afrique du Sud.

L’histoire de la croissance du géant automobile Ford va au-delà de son expansion de fabrication en Afrique du Sud. En 2015, Ford a vendu 78471 voitures et véhicules commerciaux légers en Afrique du Sud, un niveau record. Le pick-up Ranger fabriqué en Afrique du Sud possède une très bonne performance, avec 18.1% d’augmentation des ventes d’année en année et un total de 33920 Rangers vendus en 2015.

“Du moment que notre activité industrielle est en pleine croissance ici en Afrique du Sud, nous sommes engagés à améliorer les capacités et le savoir-faire de nos employés et créer de nouvelles opportunités au sein de notre compagnie ainsi qu’une plus vaste chaine de production. C’est grâce au dévouement et à l’engagement de notre main d’œuvre, nos fournisseurs, nos agents, nos partenaires syndicaux et gouvernementaux que nous avons pu consolider cet investissement et développer nos opérations, en augmentant encore plus notre présence en Afrique,” conclut Nemeth.