C’est récemment lors d’une interview au journal « le Maghreb » que Le ministre des Technologies et de l’économie numérique M. Noomen Fehi a annoncé que son ministère est représenté au sein de la commission de la sécurité cybernétique.

Par conséquent, cette commission va devoir contrôler les activités des réseaux terroristes sur internet, ce qui va forcément générer beaucoup de censure.

Pour le moment, la commission de la sécurité cybernétique serait en train de suivre entre 500 et 1000 pages sur les réseaux sociaux, ainsi que 200 sites web hébergés à l’étranger.

Quelle vigilance !

Lire aussi  Google soutient les femmes en leurs dédiant de nouveaux Emojis