Le chiffre d’affaires consolidé du premier semestre s’établit à 53,3 milliards AED (14,5 milliards USD), en retrait de 2% par rapport à la même période de l’exercice précédent (54,4 milliards AED (14,8 milliards USD). Ce léger repli s’explique principalement par les réductions de capacité programmées durant la fermeture de la piste sud de l’aéroport international de Dubaï (DXB) durant 45 jours, et par l’évolution défavorable des parités monétaires avec l’Europe, l’Australie, l’Afrique du Sud, l’Inde et le Pakistan.

Le résultat net ressort en hausse de 8% par rapport au premier semestre de l’année dernière, à 1,2 milliard AED (320 millions USD). L’amélioration de la rentabilité est principalement due à la baisse du coût du kérosène (9% par rapport à la même période de l’exercice précédent), toutefois nuancée en partie par un impact change défavorable.

La trésorerie du Groupe atteint 23 milliards AED (6,3 milliards USD) au 30 septembre 2019, contre 22,2 milliards AED (6 milliards USD) au 31 mars 2019.

“Le Groupe Emirates réalise une nouvelle fois une performance satisfaisante au premier semestre 2019-20, reflétant la nécessité d’adapter nos stratégies face à des conditions commerciales difficiles et aux incertitudes socio-politiques qui ont affecté de nombreux marchés à travers le monde. Tant Emirates que dnata ont mis en œuvre des moyens importants pour minimiser l’impact des rénovations de pistes programmées à DXB sur notre activité et pour nos clients. Nous avons en outre conservé une excellente maîtrise des coûts et poursuivi nos gains d’efficience, tout en veillant à une utilisation agile de nos ressources pour tirer parti des opportunités”, déclare Son Altesse le Cheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum, Président-Directeur général d’Emirates Airline et du Groupe.

“La baisse du coût du kérosène a été bienvenue, avec un repli de nos coûts de carburant de 2 milliards AED par rapport au premier semestre de l’exercice précédent. Toutefois, l’évolution défavorable des taux de change a amputé notre rentabilité de quelques 1,2 milliard AED.

Les perspectives mondiales demeurent difficiles à prédire. Néanmoins, le secteur du transport aérien et du voyage devrait continuer à subir des vents contraires au cours des six prochains mois, la vivacité de la concurrence s’ajoutant aux pressions à la baisse qui s’exercent sur les marges. En tant que Groupe, nous continuons de nous employer à développer notre activité et nous allons poursuivre nos investissements pour gagner en productivité et améliorer encore notre offre de produits, services et expériences pour nos clients.” ajoute-t-il.

Les effectifs du Groupe Emirates sont restés inchangés par rapport au 31 mars 2019, totalisant 105 315 employés. Ce niveau est conforme aux besoins du Groupe, compte tenu des capacités et activités programmées. Il reflète en outre l’impact des différents programmes internes d’amélioration de l’efficacité par le biais des nouvelles technologies et d’une réorganisation du travail.

Lire aussi  Emirates dévoile son pavillon pour l'Expo 2020 de Dubaï axé sur l'avenir de l'aviation commerciale

Emirates Airline

Au cours des six premiers mois de 2019-20, Emirates a pris livraison de 3 Airbus A380 et devrait réceptionner 3 nouveaux appareils supplémentaires d’ici à la fin de l’exercice 2019-20. La compagnie a également retiré du service 6 avions plus anciens, suivis par 2 autres d’ici au 31 mars 2020. La stratégie de long terme de la compagnie consistant à investir dans les appareils gros porteurs les plus modernes lui permet d’accroître son efficacité globale, de minimiser son empreinte carbone et d’offrir une meilleure expérience à ses clients.

Emirates améliore sans cesse la performance de ses lignes en proposant à ses clients une couverture aérienne mondiale avec seulement une escale à Dubaï. Au cours des six premiers mois de l’exercice, Emirates a inauguré pour ses passagers deux nouvelles liaisons : Dubaï-Bangkok-Phnom Penh et Dubaï-Porto (Portugal). Au 30 septembre, le réseau mondial d’Emirates couvrait ainsi 158 destinations dans 84 pays. Sa flotte comptait 267 appareils, avions-cargos inclus.

Emirates a également renforcé encore son partenariat avec flydubai. Les deux compagnies continuent d’exploiter la complémentarité de leurs réseaux pour optimiser leurs horaires respectifs et proposer de nouvelles liaisons via Dubaï, mais aussi ouvrir de nouvelles lignes, notamment vers Naples (Italie) et Tachkent (Ouzbékistan) au premier semestre 2019-20. Elles sont en outre à même de proposer encore plus d’avantages à leurs clients grâce au regroupement de leurs programmes de fidélité sous la marque Emirates Skywards. Par ailleurs, les clients volant sur Emirates et sur flydubai bénéficient désormais de connexions optimisées, grâce aux 22 vols flydubai opérés depuis le Terminal 3 d’Emirates à DXB.

La capacité globale de la compagnie au cours des six premiers mois de l’exercice a décliné de 7%, à 29,7 milliards de tonnes-kilomètres offertes (TKO), du fait principalement de la fermeture de la piste de DXB et de la réduction de la flotte durant cette période de 45 jours. Sa capacité mesurée en sièges-kilomètres offerts (SKO) a diminué de 5%, tandis que le trafic passagers mesuré en revenu par passager-kilomètre transporté (PKT) a reculé de 2%, avec un coefficient de remplissage moyen de 81,1%, supérieur aux 78,8% de l’exercice précédent.

Emirates a transporté 29,6 millions de passagers entre le 1er avril et le 30 septembre 2019, soit une baisse de 2% par rapport à la même période l’an dernier. Toutefois, le revenu par passager s’inscrit en hausse de 1% en rythme annuel. Le volume de fret transporté diminue de 8%, à 1.2 million de tonnes, tandis que le yield baisse de 3%. Cette évolution est le reflet d’un contexte difficile pour le fret aérien, compte tenu des tensions commerciales internationales et des troubles qui perturbent certains marchés clés de fret.

Lire aussi  Le nouveau Ford Kuga arrive avec plus de technologies et un style encore plus affirmé

Au premier semestre de l’exercice 2019-20, le résultat net d’Emirates ressort à 862 millions AED (235 millions USD), en hausse de 282% par rapport à l’année précédente. Le chiffre d’affaires d’Emirates, autres produits d’exploitation inclus, atteint 47,3 milliards AED (12,9 milliards USD), soit 3% de moins que les 48,9 milliards AED (13,3 milliards USD) enregistrés un an plus tôt. Ce résultat procède d’une plus grande agilité dans le déploiement des capacités, tandis que la bonne tenue de la demande de produits Emirates alimente la hausse des coefficients de remplissage des appareils et l’étoffement des marges.

Les charges d’exploitation d’Emirates ont reculé de 8%, pour une diminution globale des capacités de 7%. En moyenne, le carburant coûtait au premier semestre 13% de moins qu’à la même période de l’an dernier, ce qui s’explique dans une large mesure par la baisse des cours du pétrole (-9% sur un an), ainsi que par une diminution de la consommation de kérosène imputable à la réduction des capacités durant la fermeture des pistes de DXB, qui a duré 45 jours. Le carburant représente toujours le principal poste de dépenses de la compagnie, puisqu’il concentre 32% de ses charges d’exploitation, contre 33% pour les six premiers mois de l’an dernier.

Dnata

Dnata a continué de renforcer ses capacités internationales pour ses activités aéroportuaires, de restauration à bord et d’organisation de voyages qui s’étendent sur 35 pays. Au premier semestre 2019-20, les activités internationales de dnata représentaient plus de 72% de son chiffre d’affaires total, contre 68% au premier semestre de l’exercice précédent.

Le chiffre d’affaires de dnata, autres produits d’exploitation inclus, ressort à 7,4 milliards AED (2 milliards USD), en hausse de 5% par rapport aux 7 milliards AED (1,9 milliard USD) de l’année passée. Cette progression s’explique par une solide croissance du marché et par la poursuite du développement international, en particulier dans les activités de restauration à bord.

Le bénéfice total de dnata ressort en baisse de 64%, à 311 millions AED (85 millions USD), par comparaison avec un chiffre de l’année dernière qui incluait une plus-value de cession exceptionnelle de 321 millions AED liée à la vente de la participation de 22 % que détenait dnata dans la société de gestion des déplacements professionnels Hogg Robinson Group (HRG). Le résultat semestriel de dnata a pâti en outre en 2019-20 de la faillite de Thomas Cook, qui était l’un des principaux clients de l’activité d’organisation de voyages et de restauration de dnata au Royaume-Uni, et qui a conduit à la comptabilisation de pertes d’un montant de 84 millions AED au titre de la dépréciation des créances clients et des actifs incorporels.

Lire aussi  Ford travaille à l'arrivée d'un emoji pick-up sur votre smartphone

Les activités aéroportuaires de dnata restent le premier moteur de la division, avec 3,6 milliards AED (983 millions USD) de chiffre d’affaires, en légère hausse de xx % par rapport à la même période de l’exercice précédent. Le nombre d’appareils pris en charge par dnata pour l’ensemble de ses activités s’est maintenu, à 351,194, et la division a manutentionné au premier semestre 1,5 million de tonnes de marchandises (-6 %).

Soutenue par des contrats clés remportés aux États-Unis et par une amélioration de la rentabilité en Italie, à Singapour, en Suisse et en Irak, la croissance organique des activités de manutention de dnata a alimenté la progression du chiffre d’affaires de dnata et compensé en partie un effet change négatif de quelques 86 millions AED. Aux Émirats arabes unis, dnata a acquis 100 % de l’entreprise de réexpédition de cargo Dubai Express, ce qui a renforcé son chiffre d’affaires au premier semestre 2019-20 et atténué l’impact du manque à gagner lié à la fermeture des pistes de DXB pendant 45 jours.

La division d’organisation de voyages de dnata a enregistré un chiffre d’affaires de 1,8 milliard AED (488 millions USD), en hausse de 7% par rapport à la même période de l’exercice précédent. Ses ventes nettes sous-jacentes sont restées stables, à 5,9 milliards AED (1,6 milliard USD).

La robuste contribution au chiffre d’affaires des nouvelles acquisitions comme Tropo en Allemagne et Dunya Travel a compensé en partie la baisse de la demande sur certains autres marchés clés de l’industrie du voyage, ainsi que l’impact négatif du renforcement du dollar américain contre l’euro et la livre sterling.

Les activités de restauration à bord de dnata ont contribué au chiffre d’affaires total à hauteur de 1,8 milliard AED (479 millions USD), en progression de 54%. Le nombre de repas servis à bord a augmenté de 67%, pour atteindre 51,9 millions au premier semestre de l’exercice.

Cette hausse significative s’explique en grande partie par les contributions des activités de restauration récemment acquises en Australie (Qantas Q Catering et Snap Fresh Pty Limited) et aux États-Unis (121 Inflight Catering), et de l’extension des capacités de dnata aux États-Unis, notamment à Houston, Boston et Los Angeles.