Depuis quelques mois, les attaques sur les infrastructures du web se sont multipliés, la technique est simple, il suffit d’inonder un serveur avec des requêtes jusqu’à le faire sombrer, une technique qu’on appelle attaque DDoS.

En effet, des chercheurs en sécurité informatique ont découvert que depuis un an ou deux, l’envergure, la durée et le niveau de sophistication des attaques est nettement plus importants. Bruce Schneier, un spécialiste américain de la sécurité informatique a déclaré :

 « depuis un an ou deux, quelqu’un est en train de sonder les défenses des entreprises qui gèrent des parties essentielles d’Internet. Ces sondes prennent la forme d’attaques précisément calibrées et conçues pour déterminer exactement à quel point ces entreprises sont capables de se défendre, et ce qu’il faut faire pour les faire tomber ».

Ajoutant:

« La première semaine, l’attaque débute à un certain niveau, puis gagne progressivement en intensité, avant de s’arrêter. La semaine suivante, elle redémarre à ce niveau plus élevé et continue. Et ainsi de suite […], comme si l’assaillant cherchait précisément le point faible. La taille et l’échelle de ces sondes – et surtout leur persistance- pointent vers des acteurs étatiques. On dirait que le cyber-commandement militaire d’un pays essaie de calibrer son arsenal en cas de cyberguerre »

Les regards tournent vers la Russie et la Chine mais c’est difficile de dire qui se cache vraiment derrière ces attaques DDoS.

Lire aussi  Google est fière de la reine Elizabeth II et il le montre :