Les manifestations continuent à Hong Kong et une partie de la population chinoise les soutiennent. Mais quelles sont les motifs réels de ces agitations populaires dans « la zone administrative spéciale » qui est Hong Kong ? En effet, le mouvement est déclenché par « Occupy Central », une organisation pro-démocratique mobilisant la population contre la limitation de Pékin de la portée de suffrage universel obligeant les hongkongais à choisir leur prochain chef exécutif uniquement entre quelques candidats validés par un comité électoral.

15.000 photos et vidéos couvrant les manifs et montrant particulièrement l’impressionnant nombre des manifestants contre la violence des policiers ont circulé via Instagram entrainant une vague de soutient parmi les chinois. Le bloggeur Wen Yunchao installé à New York a affirmé avoir lu des messages sur le web comme que « Nous ne pouvons pas rester sans rien faireparce que Hongkong est en train de mourir »« Nous sommes en pleurs, mais pas à cause des lacrymogènes » ou encore « Pas besoin de nous envoyer du gaz, nous pouvons pleurer par nous-mêmes ».

La censure a frappé fort en masquant les résultats de recherches des mots clé des manifs telles que « Occupy Central » et enfin en bloquant les réseaux sociaux eux-mêmes. Ces mesures ne touchent pas Hong Kong et sont exclusives aux chinois. Facebook qui a racheté Instagram a déclaré se pencher sur la situation.

4495836_3_9b42_plusieurs-internautes-chinois-ont-poste-sur_bc034353cc83804cfc3f0ad2ba67a63f

Lire aussi  5 bonnes raisons d’arrêter de partager vos rétrospectives de l’année 2014