Un rapport de 23 pages qui sera publié par le ministère des TIC, de l’enseignement et de la recherche scientifique, détaillera les activités du ministère dans le secteur TIC durant 2014, ce rapport évoquera le travail que ce dernier a entrepris via l’agence nationale des fréquences pour lancer un appel d’offre pour le lancement de 4G en 2015 en partenariat avec l’Instance Nationale de Télécommunication, ainsi pour libérer des fréquences pour la 4G dont une grande partie proviendra de la télé analogique, l’ANF a entrepris un grand chantier pour le nettoyage du spectre, et pour assurer un passage réussi à la télévision numérique terrestre (TNT).

Le ministère travaillera donc avec la HAICA, (haute autorité indépendantes de la Communication Audiovisuelle) qui l’aidera à faciliter cette étape de transition et l’extinction des émetteurs analogiques qui se passera au mois de juin, cette initiative permettra aux 3 opérateurs de lancer le très haut débit mobile dans les zones rurales pour garantir une connectivité avec un très haut débit en Tunisie vu les prix exorbitant de la fibre optique sur laquelle le ministère essaye de faire migrer le réseau en négociant un financement de 100 millions de dollars avec la Banque Mondiale.

Autres points évoqués dans le rapport :

4gParmi les autres points évoqués dans ce fameux rapport, il y’a la stratégie «Tunisie Digitale 2018», entamée en juin 2013 à Tabarka, une stratégie qui a pour but d’éradiquer la faille numérique entre la côte et l’intérieur du pays pour encourager et permettre l’accès à Internet, et qui reposerait sur un système de gestion des correspondances dans 5 ministères et de contrôler les budgets des municipalités, ainsi Borj EL Khadhra a déjà été raccordé, pendant l’année 2014, au réseau haut débit mobile 3G et même à la 2G ainsi qu’à la bande FM pour la première fois,

Lire aussi  Une nouvelle offre mobile Tunisie Telecom pour concurrencer le retour de l’offre « 3ajab » !

Le deuxième but de ce projet étant de rendre les services de l’état numérique, et d’instaurer ainsi la e-administration, et la e-gov et un nouveau système de gestion électronique des correspondances (GEC) avec une nouvelle plateforme pour les tâches administratives qui serait encore entrain d’être testée au département TIC du ministère pour être en suite implantée dans 5 ministères témoins dans sa version 1.0 avant d’être généralisée dans toutes les administrations publiques, partout en Tunisie.

Tout ceci dans le but d’interconnecter les administrations publiques grâce à la fibre optique et d’installer des solutions de Visioconférence sur lesquelles le ministère travaille depuis 2014 avec le ministère des Finances et le ministère de l’Intérieur pour faciliter la gestion et le suivi des budgets des municipalités d’où l’annonce d’un appel d’offre qui vient d’ailleurs d’être clôturé