D’après le cabinet DFC Intelligence, les revenus du jeu vidéo sur PC dépassent ceux sur consoles, notamment grâce aux jeux free-to-play.

En novembre dernier Nvidia déclarait que « La plateforme PC est bien supérieure à n’importe quelle console quand il s’agit de jeu ». Une affirmation qui semble se vérifier ses derniers temps puisque le cabinet d’analyses DFC Intelligence affirme que les revenus générés par les jeux vidéo sur PC surpassent ceux générés sur consoles.

Il n’y a pourtant pas si longtemps, beaucoup annonçaient la mort du jeu sur PC. L’avance et la plus grande rentabilité des consoles il y a quelques années étaient notamment dues au cout souvent élevé pour se procurer un PC de jeu, ou encore au désintérêt de certains éditeurs pour y porter des jeux à cause notamment du piratage.

They said I was dead […] the reports of my death have been greatly exaggerated

« Parmi les joueurs les plus impliqués, on trouve un grand nombre de joueurs consoles qui jouent également sur PCLa grosse différence réside dans le fait que les consoles sont devenues un produit de luxe, là où le PC est maintenant une nécessité. Il y a encore quelques années, c’était complètement l’inverse. Cela signifie que le PC a aujourd’hui un public plus large » explique David Cole à PCR. Pour le cabinet, les revenus du jeu vidéo sur PC passeront les 25 milliards en 2014 et, même si les dernières consoles de salon parviendront à compenser un peu l’écart, éclipseront complètement ceux sur consoles d’ici 2015.

Toujours d’après le cabinet, l’augmentation des revenus du jeu vidéo sur PC est notamment permise par le succès croissant des jeux free-to-play. Les MOBA notamment (devant les MMO, jeux de stratégie ou les FPS), comme Dota 2 et League of Legends, ou encore le récent jeu de cartes de Blizzard Hearthstone, intègrent des micros transactions dont semblent raffoler les joueurs. Enfin, David Cole anticipe l’augmentation à l’avenir de jeux cross-plateformes, comme Hearthstone par exemple.

(Vus 79 fois, 1 visites Aujourd'hui)

Lire aussi  Apple ResearchKit : et votre Iphone devient un appareil de diagnostic médical