Vous vous rappelez surement du mouvement #WinouPayPal qui consistait à instaurer un nouveau système de payement en ligne, et bien sachez qu’on y est presque arrivé, en effet après quelques mois d’études pendant lesquelles le ministère des TIC, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, l’UTICA, la société civile et la Banque Centrale de Tunisie (BCT), se sont longuement penchés sur la question, ces derniers ont finit par se mettre d’accord sur le fait de préparer une circulaire qui validerait l’utilisation d’une carte de crédit internationale dédiée aux achats sur le Web avec un montant de 500 dinars et qui permettrait aussi de pouvoir retirer de l’argent gagné sur cette carte de crédit internationale en dinars au guichet des banques tunisiennes. Cette carte pourrait également permettre aux développeurs d’applications et de logiciels en Freelance d’acheter leurs licences ou leur accès sur les stores internationaux (App Store ou Play Store) pour vendre leur applications.

Bien sur tout ça ne sera faisable qu’en cas de concrétisation du projet, puisqu’il sera pour l’instant en période de test pendant laquelle aucune taxation spécifique ne sera appliquée sur les montants gagnés et où les personnes ayant une patente (donc une matricule fiscale) vont pouvoir réutiliser environ 30% de la somme gagnée sur l’année pour augmenter le plafond de 500 dinars en devise, durant cette période de teste la BCT observera également le comportement des détenteurs de ces cartes et mesurera les entrées en devise par rapport aux montant des achats, en attendant la circulaire et la réponse des banques qui hésitent encore sur la forme que devra prendre cette carte, virtuelle (juste un numéro) ou sous forme d’une carte à puce grâce à laquelle on peut retirer l’argent dans un DAB ou payer via TPE.

Lire aussi  L’ODC se prononce vis-à-vis le projet de rendre les applications VoIP payantes :

Quant à ce qui concerne les transactions web, elles seront contrôlées par La Société Monétique Tunisie (SMT) qui devra s’assurer que les cartes ne se font pas utiliser pour des produits sans valeurs ajoutées (produits de consommations) ou dans des choses illicites (comme les jeux de poker, etc.).

Pour conclure, en cas de concrétisation de ce projet qui, rappelons le, fus dépendu depuis 2011 par Taher Mestiri de TunAndroid.com, (qui s’est longuement battu pour convaincre le ministère des TIC et la Présidence du gouvernement des avantages d’un tel système sur l’économie tunisienne), des milliers de personnes, dont des chômeurs et des paysans, des gens pas forcément dans le secteur IT, pourront être des auto-entrepreneurs puisqu’ils pourrons vendre en ligne, et en devise, leurs produits depuis toute la Tunisie. Cependant, le seul critère pour obtenir cette carte de crédit internationale technologique c’est d’avoir le Baccalauréat.