Sur Facebook, les relations libres et compliqués ainsi que les relations de concubinage ne présentent que 2,5% des tendances relationnelles tunisiennes et les hommes sont plus nombreux à le préciser contrairement aux femmes ce qui nous orientent vers des conclusions qui appuient les croyances populaires sur les préférences des uns et des autres comme l’idée selon laquelle les femmes sont plus orientés que les hommes vers la stabilité affective et relationnelle apportée par un statut social fixe et reconnu contrairement aux hommes qui cherchent plus l’aventure et la nouveauté. Les statuts « divorcé », « veuf » et « séparé » ne représentent réunie que 0,5% des types de relations tunisiennes sur Facebook ce qui s’explique par la primauté des conventions et les préjugés sociaux qui nourrissent un regard négatif sur ce genre de statut, même chez les utilisateurs de la génération actuelle du réseau.

Lire aussi  Le leader coréen du marché des Smartphones, accusé d’utiliser des écrans AMOLED recyclés